L'eau et l'équilibre - Tenir debout

Tenir debout dans l'eau, où on a pieds, rien d'extraordinaire normalement puisque l'on est debout, comme sur terre.

 

Sauf que….

Sauf que l'on sent bien (et ce d'autant plus que la profondeur augmente) que l'on peut vite perdre son équilibre.

 

Car l'eau allège de 80% les parties immergées, pouvant facilement nous faire sentir comme un bouchon à la dérive !

 

Pourtant même avec de l'eau jusqu'au cou, il est possible de tenir debout… à condition d'appliquer plusieurs principes.

 

Premier principe, maintenir nos appuis au sol : les pieds complètement posés, car plus la surface de contact est faible, plus on va être instable. L'eau vient donc nous faire travailler l'ancrage. (inutile par contre de crisper les orteils pour essayer de les planter au sol 🙄, inefficacité avérée sur le liner de la piscine et crampes garanties !) 

 

Le deuxième principe, pour que les pieds restent au sol, il faut se tenir à la verticale. Vraiment vertical. Même quand on bouge, se déplace… Et c'est là toute l'amabilité de l'eau : révéler le moindre écart par rapport à notre axe 😉

Il s'agit donc de sortir notre fil à plomb intérieur, et j'utilise cette image à dessein, car la recherche de notre axe dans l'eau est une formidable façon de se ré-axer intérieurement, et de se mettre en connexion avec son corps.

 

Enfin troisième principe, bouger à partir de son bassin, plus précisément du hara ou dan tien : centre de gravité de notre corps, cette zone entre le pubis et le nombril est pour beaucoup de traditions le centre de notre énergie vitale.

On croit en général bouger depuis cette zone, alors que le plus souvent on bouge à partir des épaules : lorsque l'on veut déplacer son buste, on se retrouve alors avec le bassin toujours à la même place mais les épaules décalées, comme ces arbres qui poussent en biais à force de subir le vent dominant 😊. Du coup principe sur la verticalité non respecté et on perd l'équilibre 😕.

 

Là encore cette nécessité de bouger depuis le hara que nous impose l'eau n'est pas anodine. Dans nos sociétés où l'on a souvent les neurones qui surchauffent, se connecter à cette zone du corps permet de faire redescendre l'énergie, mais aussi de se sentir pleinement incarné, avec des effets bénéfiques notamment sur la présence à ce que l'on fait et la confiance en soi.

 

Donc la prochaine fois que vous allez à la piscine ou à la mer, vous pouvez vous amuser à explorer les limites de votre équilibre, sur vos deux pieds, puis à un pied… Petit jeu qui amène ancrage, centrage, et présence à son corps. 

Petite astuce : bougez doucement, car plus on bouge vite dans l'eau, plus elle vient nous bousculer et compliquer l'exercice (vous pouvez lire à ce sujet l'article "Bouger doucement pour apprivoiser le mouvement")

 

Les pratiques aquatiques douces comme le ai-chi sont aussi de belles façons d'aborder l'équilibre dans l'eau. L'important c'est d'être sur une activité avec des mouvements lents, seuls révélateurs des déséquilibres subtils.

 

Bonne exploration ! ✨💦

 

Valérie

 

Photo : C. Blaisse

 

 

Vous pouvez reproduire ce texte à condition de le citer dans son intégralité et de mentionner "trouvé sur www.harmonie-eau.fr"

 

Si vous avez aimez cet article, vous pouvez aussi le partager 😉

Écrire commentaire

Commentaires : 0